Examen des reliques de l'Archevêque Jean Maximovitch.

Le Mardi 29 septembre / 12 octobre 1993, après la célébration d'une pannikhide à l'intention de l'Archevêque Jean Maximovitch et l'enlèvement de la dalle de pierre qui couvre son tombeau, il a été procédé à l'ouverture de son cerceuil et l'examen de ses reliques. Les participants à cette cérémonie, qui s'y étaient préparés par le jeûne et la prière, étaient l'Archevêque Antony de San Francisco, l'Archevêque Lavr de Syracuse, l'Evêque Cyrille de Seattle, sept prêtres, trois diacres, un lecteur et un laïc. Parmi les prêtres qui participaient se trouvait en particulier le hiéromoine Pierre (Loukianov) qui passa sa jeunesse auprès de l'Archevêque Jean. Après qu'ils eurent prié dans la crypte, le hiéromoine Pierre tenta d'ouvrir la serrure du cerceuil avec la clé qu'il avait conservée mais l'état rouillé de la serrure ne le permit pas. Pendant qu'on cherchait des outils, l'Archevêque Antony se mit à chanter "Ouvre nous les portes de la miséricorde", et les gonds du tombeau cédèrent en l'ouvrant. Avant que l'Archevêque Lavr enlevât le voile de sa face, l'Archevêque Antony lut le Psalme 50. Les restes de l'Archevêque Jean apparurent, incorrompus, sa figure et ses mains montrant une couleur totale blancheur tandis que ses pieds montraient une couleur sombre, ce qui tient sans doute au fait que l'Archevêque Jean de son vivant portait seulement des sandales toute l'année et la plupart du temps sans chaussettes. La figure de Vladika avait quelque peu changé par rapport à celle qu'avaient connue ses proches ou par rapport aux photoqraphies. Son nez s'est aminci. Si le cercueil métallique a rouillé, la mantia qui le recouvrait est restée intouchée. Ses vêtements liturgiques et l'Evangile étaient couverts de moisissure, l'icône métallique sur sa poitrine rongée par la rouille, mais son baton pastoral et la prière d'absolution sur papier intacts. Du tombeau sortait une forte odeur de rouille et de moississure mais les restes eux-mêmes ne sentaient rien. Quelques célébrants ont soulevé les restes de l'Archevêque Jean pour pouvoir les transférer dans un nouveau cerceuil monastique spécialement préparé. A ce moment il devint clair que les restes de l'Archevêque Jean étaient complétement intacts. Ensuite les reliques, placés dans ce cerceuil neuf scellé du sceau de l'éparchie, furent portés à nouveau dans le tombeau original pour reposer là jusqu'à la glorification solemnelle du nouveau saint de Dieu le 2 juillet 1994, jour anniversaire de son repos (en1966). Ceux qui ont pris part à l'examen des reliques ont témoigné avoir ressenti une joie quasi pascale.
   Rappelons que l'Archevêque Jean Maximovitch, dont la glorification a été décidée au Concile des Evêques de l'Eglise Russe Hors Frontières, tenu le printemps dernier au couvent de Lesna, fut d'abord l'Evêque de Shangaï puis l'Archevêque de l'Europe Occidentale avant de diriger le diocèse de San Francisco et l'Amérique Occidentale.

Inspiré de l'article de Tcerkovnie novosti no.34 sept.octobre 1993.

 

Page principaleVoie Orthodoxe SommaireRemonter